Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 00:00

 5.jpg

Travaux de construction de la centrale nucléaire de Fukushima (1967)

 

 

Les différents acteurs du nucléaire au Japon utilisent souvent l'argument de la dépendance énergétique pour justifier ce choix. Le taux de dépendance du Japon à l'étranger pour son approvisionnement en énergie primaire avoisine les 80%. Les importations de pétrole représentent environ la moitié de l'énergie consommée au Japon, ce qui rend le pays très sensible aux fluctuations du cours du pétrole.

 

Mais les promoteurs de cette énergie oublient parfois de mentionner une autre dépendance fondamentale : environ 90% de l'uranium utilisé dans les centrales nucléaires japonaises est importé (5). Certes, comme l'explique Yamaji Kenji, spécialiste du nucléaire et professeur à l'université de Tokyo, l'énergie nucléaire est enregistrée statistiquement au Japon comme «énergie domestique», en raison du faible coût de l'uranium (6). Mais les réserves d'uranium dans le monde étant estimées à soixante ans selon certaines prévisions, son prix augmente depuis une dizaine d'années (7). Ainsi, si on inclut l'énergie nucléaire produite au Japon, en considérant qu'il s'agit d'une énergie importée sous forme d'uranium, le taux de dépendance en énergie primaire du Japon passe de 80% à 98% (8).

 

Après la crise pétrolière de 1973, le Japon avait lancé un ambitieux programme de construction de centrales visant à atteindre la part de 50% d'électricité provenant du nucléaire à l'horizon 2000. Cette ambition démesurée a eu pour conséquence un développement de l'énergie nucléaire très rapide. Avec 58,1 milliards de dollars dépensés depuis le début des années 1980, c'est le plus fort investissement de tous les pays de l'OCDE (9).

 

Mais avec la montée de l'opposition et en raison des nombreux incidents, le Meti a revu ses ambitions à la baisse. En 2006, l'objectif était de faire passer la part du nucléaire dans la production totale d'électricité de 30% à 40% à l'horizon 2030, impliquant la construction de 9 à 12 réacteurs d'ici 2017 (10).

 

L'accident nucléaire majeur de Fukushima pourrait changer la donne. Joint par téléphone samedi 12 mars 2011, Philip White, de l'ONG japonaise Citizen's Nuclear Information Center (CNIC), a exprimé son inquiétude à propos de l'évolution de la situation à la centrale de Fukushima. Cet incident est selon lui «le pire qu'ait connu le Japon» et pourrait être «une des plus grandes catastrophes nucléaires au monde après celle de Three Mile Island et Tchernobyl».

 

«Ce sera très difficile pour le gouvernement de dire après que cela n'a pas eu lieu, ajoute-t-il. Ils ne pourront pas cette fois minimiser l'impact de l'accident car c'est trop important.» Le CNIC, qui rassemble des scientifiques opposés au nucléaire, rappelle dans un communiqué avoir «averti le gouvernement que les centrales nucléaires n'étaient pas construites pour résister à des séismes et des tsunamis très importants». Et l'ONG d'enjoindre au gouvernement de changer l'orientation de sa politique énergétique pour «engager une sortie du nucléaire douce et progressive».

 

 

Cet article est extrait d'un article initialement publié sur Mediapart, le 13 mars 2011.


-------------------------------------
(5)  ANRE (Meti), Strategy for Securing Uranium Ressources in Japan, Novembre 2007.
(6)  Entretien avec Yamaji Kenji, Université de Tôkyô, 19 mars 2009.
(7)  Agence internationale pour l'énergie atomique, Uranium 2005 : Ressources, production et demande, OECD Publishing, 2006, 402 p.
(8)  Samuele Furfari, Le monde et l'énergie, p. 344.
(9)  AIE/OCDE, Nuclear Power in the OECD, Paris, Agence Internationale d'Energie, 2001, p. 231.
(10)  METI, New National Energy Strategy, mai 2006, 39 p.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Japon à l'envers - dans Crise nucléaire
commenter cet article

commentaires

A Propos

  • : Le Japon à l'envers
  • Le Japon à l'envers
  • : Le Japon est aujourd'hui très connu en France, à travers sa culture populaire - manga, animé - et sa cuisine. Mais que sait-on au juste de cette "face cachée de la lune", située quelque part entre l'extrême-orient et l'extrême-occident ? Au-delà des clichés, ce blog apporte un éclairage sur quelques aspects méconnus de la société, de la vie politique et de la culture populaire dans l'archipel.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories