Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 00:00

---0005.jpg

Samedi 11 février, pour commémorer les 11 mois du début de la catastrophe de Fukushima, ce sont plus de 10 000 personnes qui se sont rassemblées près du parc Yoyogi à Tôkyô. Après un concert du groupe punk the JUMPS, quelques personnalités opposées au nucléaire civil comme Ôe Kenzaburô se sont exprimés. L'écrivain qui lutte depuis longtemps contre les armes nucléaires et pour la mémoire d'Hiroshima - on lira ou relira avec profit ses Notes de Hiroshima publiées chez Gallimard - est aujourd'hui devenu l'une des figures de ce mouvement antinucléaire renaissant.

 

Les antinucléaires se sont ensuite séparés en deux manifestations distinctes, car "il y a trop de monde" d'après un manifestant. Etaient présents plusieurs dizaines d'ONG et associations antinucléaires mais aussi différents syndicats, certains venant des préfectures touchées par le tsunami et l'accident nucléaire - Fukushima, Ibaraki. Parmi les différents groupes antinucléaires, certains proposent des modes d'actions innovants.

 

Ne plus payer l'électricité

 

C'est le cas de "Ne payons plus Tepco !" (Tôden Fubarai, 東電不払い) qui propose ni plus ni moins d'arrêter de payer les factures d'électricité à la compagnie d'électricité de Tôkyô (Tepco). Si cette idée ressemble aux différentes actions d'autoréductions en Europe - refus de payer les transports, réquisitions dans les supermarchés, etc - elle vise ici à refuser de payer pour une électricité produite à partir de centrales nucléaires. Ces militants dénoncent aussi les tarifs pratiqués par Tepco. "Les ménages sont la poule aux oeufs d'or de Tepco" écrivent-ils dans un tract distribué samedi. "Alors que le kilowatt est facturé 20,8 yen aux particuliers, il est de 13,7 yen pour les entreprises. Résultat : alors que les particuliers ne représentent que 40% des ventes, ils représentent 90% des bénéfices de Tepco !". Conscient du risque de voir son électricité coupée par de telles pratiques, ce groupe encourage à accumuler les retards de paiements comme autre stratégie d'action.

 

Absence de débouchés politiques ?


---0004.jpg

On le voit, les antinucléaires essayent de s'organiser par eux-mêmes. Car force est de constater que les débouchés politiques à cette lutte contre le nucléaire n'existent pratiquement pas au Japon. Samedi, seuls le Parti social-démocrate (Shamintô, 社民党) et le Nouveau parti socialiste (Shinshakaitô, 新社会党) étaient présents dans le cortège. Ce sont aujourd'hui les deux seuls (petits) partis à afficher sans ambiguïté leur volonté de sortir du nucléaire, mais ils ne sont pratiquement pas présents au parlement. Ainsi en dépit d'une opinion publique opposée en très grand nombre à l'énergie nucléaire, il n'y a aucun débouchés politiques possible pour cette idée. A moins qu'un référendum ne soit organisé.

 

C'est l'un des espoirs récents chez les militants antinucléaires. Une pétition demandant l'organisation d'un référendum dans la préfecture de Tôkyô  aurait rassemblé plus de 250 000 signatures en à peine deux mois d'après l'association "Décidons ensemble, pour un référendum national pour l'énergie nucléaire". Si ce chiffre s'avère vrai, il dépasse donc le seuil légal des 214 000 signatures à partir duquel le gouverneur de Tôkyô est dans l'obligation d'organiser un référendum. L'ensemble des personnes de plus de 16 ans résidants à Tôkyô - étrangers y compris - pourrait donc avoir le droit de s'exprimer dans les prochains mois sur la poursuite de l'exploitation des centrales nucléaires par Tepco.

 

 

*Mise au point : Dans une dépêche AFP intitulée "Japon: des milliers de manifestants contre l'énergie nucléaire" - reprise en choeur par Libération, L'Express ou Le Parisien - il est dit que la plupart des réacteurs nucléaires sont en arrêt "du fait d'un mouvement d'opposition populaire provoqué par la de Fukushima". Ceci est complètement faux: les réacteurs sont en arrêt temporaire car ils doivent subir une série de tests. Les arrêts de tranche sont tout à fait normaux et fréquents dans le cadre de l'exploitation d'une centrale nucléaire. Mais la catastrophe de Fukushima a conduit le gouvernement à renforcer les tests ce qui explique cette sortie involontaire et temporaire du nucléaire au Japon. L"opposition populaire n'a pas grand chose à voir avec tout ça.

 

Ceci étant posé, le mois prochain plus aucun réacteur nucléaire ne sera en fonctionnement dans l'Archipel. L'enjeu sera alors pour les antinucléaires de profiter de cette situation historique pour s'opposer localement à la remise en fonctionnement des réacteurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Japon à l'envers - dans Mouvement social
commenter cet article

commentaires

A Propos

  • : Le Japon à l'envers
  • Le Japon à l'envers
  • : Le Japon est aujourd'hui très connu en France, à travers sa culture populaire - manga, animé - et sa cuisine. Mais que sait-on au juste de cette "face cachée de la lune", située quelque part entre l'extrême-orient et l'extrême-occident ? Au-delà des clichés, ce blog apporte un éclairage sur quelques aspects méconnus de la société, de la vie politique et de la culture populaire dans l'archipel.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories