Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 11:20

wp fukushima s

"Tu n'as encore rien vu, tu dois aller à Fukushima !" Affiche JR, novembre 2011

 

 

Dans la série, la catastrophe nucléaire de niveau 7 de Fukushima n'existe pas, aujourd'hui "Je vais faire du tourisme à Fukushima!". Depuis quelques semaines en effet, les stations de trains de la région de Tôkyô ont été recouvertes de posters faisant la promotion du tourisme dans le Tôhoku, région du nord-est du Japon, ravagée par le tsunami et la catastrophe nucléaire. Avec des slogans accrocheurs "J'y vais dans le Tôhoku!" (ikuze tôhoku), "C'est maintenant ou jamais d'y aller" (ima ikanakute, itsu ikunda), un graphisme années 70, et des prix cassés pour les week-end de décembre, la compagnie de train privée Japan Railway (JR) invite ses usagers à aller visiter et découvrir les curiosités locales des préfectures de Miyagi, Iwate ou encore Fukushima.

 

view_at02.jpg

Ce qui est intéressant dans cette campagne est le non-dit. Officiellement, il ne s'agit que de fêter le premier anniversaire de la ligne Shinkansen reliant Tôkyô à Aomori. Il est évident cependant que cette campagne de promotion répond à une chute des ventes de billets pour cette région. Rappellons qu'à la différence du tremblement de terre de Kobe en 1995, le nombre de volontaires qui sont allés apporter leur aide dans les régions sinistrées est relativement faible. Ainsi alors que le mot de Tôhoku évoque la catastophe du 11 mars, celle-ci est quasiment absente de l'argumentaire de la campagne, et pour cause. Est-il réellement responsable de faire la promotion du tourisme dans la préfecture de Fukushima, pour prendre l'exemple le plus dramatique, alors que l'état de santé de nombreuses personnes semble se dégrader, et que les appels pour l'évacuation des habitants se multiplient? Imaginons que l'URSS lance une campagne de promotion du tourisme à Tchernobyl, que n'aurait-on dit?"

 

wp teaser2 s

C'est le moment ou jamais d'y aller" Affiche de JR, novembre 2011

 

Car si les promoteurs du nucléaire au Japon se sont tus - une publicité vantant la sécurité des centrales ferait sans doute un mauvais effet - la voix du déni et de l'oubli n'a jamais été aussi forte. Dans le cortège d'indécence, avec les diverses campagnes faisant la promotion des produits agricoles de Fukushima, cette campagne trouve sûrement sa place. Le seul message cohérent servi à la population, pourtant à la recherche d'informations et de conseils, reste aujourd'hui celui d'une promotion aveugle d'une région sinistrée, "par solidarité". Certes, le sujet de la catastrophe nucléaire n'est pas absent des médias. Mais il est aujourd'hui ravalé au rang de simple fait divers. Un sujet dont on a honte et qui semble être devenu quelque peu tabou dans le quotidien de beaucoup de Japonais.

 

 

Publicité télévisée de la campagne de JR
 

 

Philippe Tanaka

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Japon à l'envers - dans Crise nucléaire
commenter cet article

commentaires

Association Kibô-Promesse 08/12/2011 09:20

Hier, je suis tombée par hasard sur votre blog en parcourant twitter. Je n'étais absolument pas au courant de cette campagne de publicité de la compagnie JR, qui m'a mise extrêmement mal à
l'aise.

J'ai donc relayé ce post à EX-SKF, car il est l'un des veilleurs de Fukushima les mieux documentés et influent sur la toile.

Votre point de vu est tout à fait juste et nous avons ressenti la même déconcertation, me semble t-il. Je vous remercie donc de témoigner à votre tour de cette réalité japonaise empreinte
d'absurdité. Parfois, j'ai l'impression de vivre dans un scénario de Kafka.

L'excuse économique certes vraie concernant la chute des commandes de billet à destination de la région du Tôhoku est irresponsable. Car comme vous le dites si bien, aller faire du tourisme,
signifie "consommer local", avec le risque que des gens d'autres régions mangent de la nourriture contaminée, et soient exposé bien qu'un cours lapse de temps, aux radiations.

On entend partout "il n'y a aucun effet sur la santé".Mais il en va de soi que les populations ont le droit de savoir, et d'agir en conséquence de cause.


Tout comme le ministère des affaires étrangère en France poste les "mises en gardes" envers les touristes voyageant au Japon (infos non mises à jour cependant, nous sommes 9 mois après: pas 7.)

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/conseils-par-pays_12191/japon_12268/index.html

L'état japonais devrait avoir la responsabilité morale et légale d'en faire de même.

Mois après mois, nous pouvons constater que ce qui est dit par les autorités locales ne reflète en rien la réalité: une crise sanitaire sans précédent. Les gens pourtant veulent savoir la vérité,
ils s'inquiètent pour leurs enfants, leur vie: à présent, même à Tokyo, nombreux sont les gens munis d'un compteur geiger, ou passant les portes d'un becquerels center...


"Le déni", "le non-dit", "le tabou", tous ses silences pesants sont réellement omniprésentS actuellement au Japon. Mais ce genre de campagne de communication n'est jamais réalisée par hasard, et
trouve son échos dans la même tendance qui règne à travers tous les médias officiels: une propagande de minimisation des conséquences post-Fukushima visant à rassurer la population à coup de
mensonges et de désinformation.

Il faut actuellement être naif pour ne pas faire la corrélation entre toutes prises de positions menant à faire campagne pour sauver la face du lobby nucléaire, au détriment de la santé des
citoyens japonais.

Bien à vous.

Mathieu Gaulène 08/12/2011 10:10



Je suis heureux de voir que nous partageons la même analyse de cette campagne de publicité. Depuis le 11 mars, le lobby nucléaire se fait très discret, et pour cause: comment faire désormais la
promotion du nucléaire? En la présentant comme une énergie sûre et propre comme c'était le cas avant? Cela ferait quelque peu scandale. Le lobby nucléaire au sens large fait donc le dos rond et
minimise les conséquences de l'accident. Car contrairement à ce qui a été dit dans certains médias français, l'arrêt temporaire de la plupart des réacteurs pour inspection ne signifie aucunement
que le Japon s'apprête à sortir du nucléaire.



Sylvie Brosseau 08/12/2011 03:44

Bonjour,
Je viens de decouvrir votre blog grace a celui de Ex-Sfk qui vous cite dans un de ses derniers messages.
Depuis mon retour au Japon fin aout, habitant sur une ligne JR, je suis en effet tres impressionnee par les campagnes tres actives de JR mais je n'en fais pas une seule lecture negative ou de pur
deni de la realite, car elle est impossible a denier. Le retablissement des liens par Shinkansen a ete une priorite, le retour le 23 septembre aux horaires normaux assure une desserte necessaire a
la region. Au-dela de l'aspect commercial, les aspects symboliques me semblent complexes, car ils concernent l'integrite du territoire mise a mal. L'esthetique en effet rappelle l'epoque du
lancement du premier shinkansen, comme un nouveau depart.
Bravo pour votre travail et vos articles ( j'ai lu celui sur Sasakawa, je vais le faire circuler car en France on ne se mefie pas de cette fondation)

A Propos

  • : Le Japon à l'envers
  • Le Japon à l'envers
  • : Le Japon est aujourd'hui très connu en France, à travers sa culture populaire - manga, animé - et sa cuisine. Mais que sait-on au juste de cette "face cachée de la lune", située quelque part entre l'extrême-orient et l'extrême-occident ? Au-delà des clichés, ce blog apporte un éclairage sur quelques aspects méconnus de la société, de la vie politique et de la culture populaire dans l'archipel.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories